Protection des civils dans les conflits armés
Back to Actualités

Irak : dialogue sur la protection des civils avec l’un des principaux acteurs armés actifs en Irak, les Forces de Mobilisation Populaire

| Humanitarian norms @fr
Combattants des FMP après avoir pris un village près de Mossoul. Novembre 2016 © Tom Westcott/IRIN

Depuis janvier 2016, l’Appel de Genève a initié un dialogue humanitaire avec les Forces de Mobilisation Populaire (FMP) sur la protection des civils. Avec plus de 100’000 combattants, les FMP représentent l’une des plus importantes forces armées actives en Irak.

Les 40 brigades des FMP sont principalement chiites, mais comportent également des individus et bataillons dunnites, chrétiens et yézidis. Elles furent créées suite à un appel de l’Ayatollah Al-Sistani – le leader spirituel des chiites en Irak – à protéger les villes irakiennes contre l’avancée du groupe Etat Islamique en 2014. La majorité de leurs combattants sont d’anciens civils. Elles sont militairement actives dans le centre et le Sud de l’Irak, ainsi que dans les environs de Mossoul et conduisent des opérations militaires coinjointement avec l’armée irakienne.

« Bien qu’ils aient déjà mis en place des règles de protection des populations civiles, en particulier les 20 règles émises par l’Ayatollah Sistani dans “Advice and Guidance to Fighters in the Battlefield“, leur respect peut et doit encore être amélioré. » affirme Mehmet Balci, Chef de région Proche et Moyen Orient à l’Appel de Genève.

Plusieurs rapports publiés par des organisations internationales ont mentionné des abus  contre les civils par tous les acteurs armés impliqués dans le conflit, dont le groupe Etat Islamique, les Peshmerga, l’armée irakienne, les FMP et toutes les forces de sécurité.

En 2016, l’Appel de Genève a entamé un dialogue humanitaire avec plusieurs brigades des FMP et donné des formations sur le droit des conflits armés à plus de 200 de leurs combattants et officiers à Bagdad, Nadjaf et Kirkuk.

Formation sur les normes humanitaires pour des combattants des FMP. 2016 © Geneva Call

Ces formations constituaient un bon départ, mais il était nécessaire d’approfondir le dialogue au plus haut niveau avec les FMP car leur structure était de plus en plus centralisée. . « En Août 2016, nous avons eu l’unique opportunité de rencontrer l’Ayatollah Al-Sistani, le leader religieux chiite le plus important en Irak, qui a exprimé son plein soutien à notre travail » explique Mehmet Balci, « son soutien a été crucial pour renforcer notre dialogue avec les FMP ».

Un représentant de l’Appel de Genève montrant du matériel de formation sur les normes humanitaires à un représentant de l’office de l’Ayatollah Al-Sistani dans la ville de Nadjaf au Sud de Bagdad. Juillet 2016. © Geneva Call

Suite à cette réunion, l’Appel de Genève a renforcé le dialogue avec la direction des FMP, et en octobre 2016, juste après le lancement des opérations militaires de Mossoul, une délégation de l’Appel de Genève a rencontré certains de leurs plus hauts dirigeants.

La Présidente de l’Appel de Genève rencontre Ahmad al-Assadi, le porte-parole officiel des FMP à Bagdad. Octobre 2016. © Geneva Call Réunion avec Sayyed Amar Hakim, Chef du Conseil Islamique et Chef de l’Alliance Nationale Irakienne à Bagdad. Il contrôle plusieurs brigades des FMP. Octobre 2016. © Geneva Call

Lors de cette occasion, la direction a annoncé officiellement sa décision de collaborer à haut niveau avec l’Appel de Genève sur la protection des civils.  « Nous sommes conscients que des violations se produisent parfois, et nous sommes prêts à travailler là-dessus avec l’Appel de Genève. » a déclaré l’un des dirigeants.

Suite à ces réunions, en février 2017, l’Appel de Genève a organisé une conférence en partenariat avec l’Université Islamique de Nadjaf. Cette université est la première en Irak à enseigner le droit des conflits armés en tant que sujet distinct des droits humains.

L’Université Islamique de Nadjaf.

L’événement a rassemblé plus de 40 participants, dont 16 représentants de différentes brigades des FMP, des dirigeants religieux et communautaires, et des représentants d’organisations internationales telles qu’UNICEF, le Conseil Norvégien pour les Réfugiés et la section Aide humanitaire et Protection civile de l’Union Européenne.

 

Conférence “Réunions internationales : l’Islam et la protection des civils” à Nadjaf. Février 2017. © Geneva Call

Sur deux jours, l’Appel de Genève et des experts locaux ont présenté différents aspects de la protection des civils, dont la conduite des hostilités et la protection des enfants.

« Dans l’Islam, les civils sont protégés. L’Islam est non seulement une religion de paix et de compassion, mais aussi d’éthique humaine » a déclaré l’un des leaders religieux pendant la conférence.

« Les participants ont adopté un ensemble de recommandations réaffirmant leur engagement vis-à-vis des principes majeurs du droit des conflits armés, et ont recommandé que les FMP facilitent la coopération avec l’Appel de Genève », a expliqué Armin Köhli, Responsable de Programme à l’Appel de Genève. « Ils ont défini une personne qui sera le point focal pour la coordination avec les organisations humanitaires. »

Pascal Bongard, Chef de l'unité politique et juridique à l’Appel de Genève à la conférence de Nadjaf. Février 2017. © Geneva Call

L’Appel de Genève et l’Université Islamique de Nadjaf vont poursuivre leur collaboration afin de créer des directives et un code de conduite pour les combattants des FMP. Ces documents expliqueront les règles principales du droit humanitaire sur la protection des civils et montreront comment elles se rapprochent des règles traditionnelles et religieuses. Des sessions de formation sur les normes humanitaires pour les officiers et combattants se poursuivront également.

Ce programme est soutenu par la section Aide humanitaire et Protection civile de l’Union Européenne, en partenariat avec la Fondation Suisse de Déminage.

medium-11