Protection des civils dans les conflits armés

Moldavie

< Retour à la liste des pays

La Transnistrie (également appelée Pridnestrovie) était autrefois une partie autonome de l’Ukraine jusqu’à ce que l’Union soviétique la rattache à la Bessarabie, pour former en 1940 la République socialiste soviétique de Moldavie.

La Transnistrie s’est autoproclamée indépendante en 1990. Cela a conduit en 1992 à un conflit armé avec la Moldavie, au cours duquel plusieurs centaines de personnes ont été tuées. Pendant ce conflit, les deux factions opposées ont eu recours à l’usage des mines. Depuis le cessez-le feu, un état de conflit gelé s’est installé entre les deux camps. Le territoire séparatiste n’a pas été reconnu par la communauté internationale, même si une nouvelle tentative pour réaffirmer son indépendance a été faite en 2006 par voie de référendum, où la population s’est également déclarée favorable à un projet de rattachement à la Russie.

Malgré les efforts menés par différents acteurs nationaux et internationaux, la Transnistrie est confrontée à un grave problème de traite des femmes et de violence sexuelle.

Activités

L’Appel de Genève a mené un plan d’action sur deux ans destiné à obtenir l’engagement des autorités de facto de Transnistrie sur l’interdiction des mines antipersonnel et sur les problématiques liées au genre.

Interdiction des mines antipersonnel

En octobre 2010, l’Appel de Genève s’est rendu en Transnistrie et dans la capitale moldave de Chisinau, dans le cadre d’une visite de suivi consécutive à celle de 2009 au cours de laquelle avait été préconisé une interdiction totale des mines antipersonnel.

Au cours de leurs rencontres avec l’Appel de Genève, les autorités de Transnistrie ont informé l’organisation qu’elles ne pourraient pas respecter l’interdiction des mines antipersonnel tant que le conflit ne serait pas définitivement réglé.

L’Appel de Genève a donc concentré ses actions sur la législation, fondée sur les normes du droit international humanitaire coutumier, pour réglementer l’utilisation des mines antipersonnel.

Principaux résultats

  • L’Appel de Genève a obtenu l’engagement des autorités  de facto  de Transnistrie et leur a fait prendre conscience de la nécessité de respecter la norme internationale concernant l’interdiction des mines antipersonnel.
  • L’Appel de Genève a préconisé le recours à la législation pour réguler l’usage des mines antipersonnel.
  • Un soutien a été apporté aux organisations de la société civile locale pour contribuer à développer leurs activités de plaidoyer dans la région.

 

En Moldavie, l'Appel de Genève travaille ou a travaillé avec les acteurs armés non-étatiques suivants:

Organisation Actif Thèmes
Interdiction des mines antipersonnel Protection des enfants Problématiques liées au genre Normes Humanitaires
de facto Transnistrian authorities Oui
Cliquez sur la coche pour afficher l'Acte d'Engagement signé
 

L'Appel de Genève est en dialogue avec l'AANE sur ce thème

 

L’Appel de Genève était en dialogue avec l'AANE sur ce thème

 

L'AANE a signé l'Acte d'Engagement sur ce thème

 
 
 

Theirwords.org

  • Theirwords.org est un annuaire des engagements pris par les acteurs armés non-étatiques. Accédez aux documents liés à ce pays on theirwords.org.
 
Stratégie 2017-2019
 

Restez en contact

  • Twitter : @genevacall
  • Facebook : Appel.de.Geneve
  • LinkedIn
  • Youtube : GenevaCall2
  • Flickr : GenevaCall
  • Medium : GenevaCall