Protection des civils dans les conflits armés

Azerbaïdjan

< Retour à la liste des pays

Ajerbaijan

Le statut de la région du Haut-Karabagh reste un sujet de discorde entre sa communauté arménienne, majoritaire, soutenue par l’Arménie à sa frontière, et l’Azerbaïdjan.

À la fin des années 1980, alors que le régime soviétique touchait à son terme, les troupes azerbaïdjanaises et arméniennes sécessionnistes se sont déchirées dans une guerre sanglante qui laissa finalement le territoire entre les mains des Arméniens, suite à un accord de cessez-le-feu négocié par l’intermédiaire de la Russie en 1994.  Le Haut-Karabagh s’est depuis autoproclamé république indépendante, mais celle-ci n’est pas reconnue par la communauté internationale. Ce cessez-le-feu laisse cependant la situation dans une impasse. Aucune des négociations entreprises n’est parvenue jusqu’à présent à résoudre le conflit.

Les combats ont causé la mort ou le déplacement de milliers de civils, et on dénombre des centaines de victimes de mines antipersonnel. La région du Haut-Karabagh et les territoires environnants sont infestés de mines et autres restes explosifs de guerre, surtout le long de la ligne de cessez-le-feu sur laquelle des mines ont été placées par les deux camps.

Activités

En 2006, l’Appel de Genève a commencé à engager les autorités de facto du Haut-Karabagh sur l’interdiction des mines antipersonnel.

L’Appel de Genève a également exploré les moyens d’aider les victimes de mines ainsi que d’autres personnes handicapées. L’organisation a pu apporter le soutien de la Fondation suisse d’aide aux victimes de mines antipersonnel en faveur d’un projet de micro-crédits destinés à des victimes, et mené par la campagne azerbaïdjanaise pour l’interdiction des mines. L’Appel de Genève a également examiné de quelle façon améliorer la protection des femmes et des enfants dans les régions touchées par le conflit armé.

Ces activités ont dû être suspendues en 2011 en raison d’un manque de financement de ce programme.

Interdiction des mines antipersonnel

Lors de ses différentes rencontres avec l’Appel de Genève, les autorités du Haut-Karabagh ont indiqué qu’elles n’étaient pas en mesure de renoncer aux mines antipersonnel tant que le conflit avec l’Azerbaïdjan n’était pas résolu et que tous les États de la région ne s’étaient pas engagés à respecter cette interdiction.

L’Appel de Genève a fait pression sur les parties au conflit et les acteurs internationaux engagés dans les efforts de résolution de ce conflit, pour inclure l’interdiction des mines antipersonnel dans les pourparlers et les négociations de paix. L’organisation a également incité à l’adoption de mesures destinées à réglementer l’utilisation des mines antipersonnel.

L’Appel de Genève a aussi aidé la société civile dans ses efforts de sensibilisation aux dangers des mines antipersonnel et encouragé la coopération entre les ONGs au niveau régional, à la fois dans les zones sous contrôle du Gouvernement officiel et dans celles contrôlées par les autorités de facto.

En 2007, l’Appel de Genève a organisé à Kiev une conférence régionale sur les problèmes liés à l’utilisation des mines. Plus d’une trentaine de participants y représentaient les autorités de facto d’Abkhazie, d’Ossétie du Sud et du Haut-Karabagh. Ces derniers ont formulé des recommandations qui ont été relayées auprès des différentes parties concernées au niveau régional.

En 2011, l’Appel de Genève a publié une enquête sur les besoins socio-économiques des victimes de guerre et autres personnes handicapées dans le Caucase du Sud, afin de soutenir des projets menés par des ONGs locales de réadaptation des victimes de mines antipersonnel.

Principaux résultats

  • L’Appel de Genève a entamé un dialogue avec les autorités de facto du Haut-Karabagh et leur a fait prendre conscience de la nécessité de respecter les standards internationaux concernant l’interdiction des mines antipersonnel.
  • Un soutien a été apporté aux organisations de la société civile locale pour contribuer à développer leurs activités de plaidoyer dans la région.

En Azerbaïdjan, l'Appel de Genève travaille ou a travaillé avec les acteurs armés non-étatiques suivants:

Organisation Actif Thèmes
Interdiction des mines antipersonnel Protection des enfants Problématiques liées au genre Normes Humanitaires
de facto Nagorno-Karabakh authorities Oui
Cliquez sur la coche pour afficher l'Acte d'Engagement signé
 

L'Appel de Genève est en dialogue avec l'AANE sur ce thème

 

L’Appel de Genève était en dialogue avec l'AANE sur ce thème

 

L'AANE a signé l'Acte d'Engagement sur ce thème

 

Theirwords.org

  • Theirwords.org est un annuaire des engagements pris par les acteurs armés non-étatiques. Accédez aux documents liés à ce pays on theirwords.org.
 
 

Médias liés

 
Stratégie 2017-2019
 

Restez en contact

  • Twitter : @genevacall
  • Facebook : Appel.de.Geneve
  • LinkedIn
  • Youtube : GenevaCall2
  • Flickr : GenevaCall
  • Medium : GenevaCall