Protecting civilians in armed conflict
< Back to the other news

Niger: Le gouvernement et l’ex-rébellion ensemble contre les mines terrestres

7th November 2011 | Niger - Landmine ban

Niger: Le gouvernement et l’ex-rébellion ensemble contre les mines terrestres

“Réunir pendant deux jours autant de militaires et d’ex-­‐combattants autour de la thématique du déminage n’a jusqu’à présent jamais été réalisé au Niger et symbolise un important gage de confiance pour l’avenir ” ; un cadre de l’ex-­‐ rébellion, Agadez, Niger, 23 octobre 2011.

Le 22 et 23 octobre 2011, l’Appel de Genève a organisé à Agadez un atelier technique sur le déminage humanitaire, en collaboration avec la Commission Nationale pour le Contrôle et la Collecte des Armes Illicites (CNCCAI). L’atelier a réuni les autorités gouvernementales, l’ex-­‐rébellion et les organisations humanitaires internationales actives dans la lutte anti-­‐mines au Niger, afin de faire l’état des lieux sur la situation actuelle et de contribuer aux efforts de déminage. Cet événement a été entièrement financé par le Département fédéral suisse des affaires étrangères.

Entre 2007 et 2009, le nord du Niger a connu un conflit armé opposant les forces gouvernementales au Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) et ses fronts dissidents. La pose de mines anti-­‐véhicule fut l’une des caractéristiques les plus préoccupantes du conflit, faisant plus de 300 victimes, dont beaucoup de civils, et entravant sérieusement l’économie régionale.

L’atelier a permis de favoriser le partage d’informations sur les zones minées et la coopération dans le domaine du déminage. Les ex-­‐combattants se sont engagés à indiquer sur le terrain les zones qu’ils avaient minées, et l’armée à fournir ses plans de pose. La CNCCAI s’est engagée à former et intégrer de 100 à 200 ex-­‐combattants dans son programme de déminage, à l’instar du Tchad voisin, qui a formé au déminage plus de 150 ex-­‐rebelles du Tibesti depuis 2009. L’atelier a aussi recommandé la création d’un comité mixte chargé de poursuivre les enquêtes de terrain et de récupérer les mines restantes encore aux mains de particuliers.

L’Appel de Genève a été en mesure d’organiser cet atelier grâce aux contacts privilégiés et à la confiance construite depuis son intervention début 2008 pour sensibiliser le MNJ aux normes internationales relatives aux mines anti-­‐personnel et anti-­‐véhicules. L’Appel de Genève espère maintenant que la communauté internationale profitera de cette dynamique et de la volonté commune affichée par les anciens belligérants pour accompagner le Niger dans ses efforts de dépollution, de développement et de réconciliation. L’atelier a été la concrétisation de longs efforts et un exemple fort de l’importance d’associer tous les acteurs d’un conflit à la résolution des problèmes humanitaires et à la consolidation de la paix.

Quelques jours avant l’atelier, l’Appel de Genève avait dépêché un expert mis à disposition par le Centre International de Déminage Humanitaire de Genève pour conseiller la CNCCAI sur les normes internationales de lutte anti-­‐mines et évaluer les besoins en appui technique, notamment en matière de gestion de l’information. L’expertise qu’il a pu partager sur place a été très appréciée, et permettra, certainement, d’ouvrir de nouvelles perspectives dans le domaine du déminage au Niger.

Pour plus d’informations, contacter Tim Carstairs | Chef des relations extérieures www.genevacall.org | tcarstairs@genevacall.org | +41 22 879 10 50