Protection des civils dans les conflits armés

Burundi

< Retour à la liste des pays

Burundi

Depuis son indépendance en 1962, le Burundi est en proie à l’instabilité politique et aux violences ethniques.

Le dernier conflit armé a éclaté après l’assassinat par des soldats tutsis du Président Melchior Ndadaye en 1993. En 2003, le Conseil National pour la Défense de la Démocratie/Forces pour la Défense de la Démocratie (CNDD-FDD), mouvement rebelle hutu majoritaire, a signé un traité de paix avec le Gouvernement alors à dominante tutsi, puis accéda au pouvoir en remportant des élections démocratiques.

Le Parti pour la Libération du Peuple Hutu/Forces Nationales de Libération (Palipehutu-FNL), d’envergure plus modeste, a déposé les armes au début de l’année 2009. Depuis des élections controversées en 2010, on assiste cependant à une résurgence de l’instabilité.

On estime que de 1993 à 2005 le conflit armé a entraîné la mort d’environ 300’000 personnes, en majorité des civils. L’armée régulière et les groupes rebelles ayant eu recours aux mines antipersonnel, les victimes de mines et autres restes explosifs de guerre se comptent par milliers.

Activités

De 2002 à 2008, l’Appel de Genève a sensibilisé et engagé le CNDD-FDD et le Palipehutu-FNL sur l’interdiction de l’usage des mines antipersonnel. L’élection au pouvoir du CNDD-FDD et la transformation du Palipehutu-FNL en parti politique suite à sa décision de renoncer à la lutte armée, ont mis fin à ces activités.

Interdiction des mines antipersonnel

À la suite d’intenses négociations avec l’Appel de Genève, le CNDD-FDD a signé en 2003 l’Acte d’Engagement sur l’interdiction des mines antipersonnel. L’Appel de Genève a poursuivi son action auprès du mouvement après son accession au pouvoir en 2005. Il était en effet primordial de veiller à ce que le nouveau Gouvernement dirigé par le CNDD-FDD concrétise sa promesse d’apporter des solutions aux problèmes posés  par les mines antipersonnel et mette en application la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel ratifiée par le Burundi en 2003. Ces efforts ont contribué à la destruction en 2008 des stocks de mines antipersonnel du pays. Les 664 mines détruites comprenaient le stock restant du CNDD-FDD, inclus à celui des forces armées régulières.

Même si le Palipehutu-FNL n’était pas signataire de l’Acte d’Engagement, le travail  mené avec ce groupe par l’Appel de Genève a incité le président du mouvement à dénoncer l’usage des mines antipersonnel en 2006. Dans le même temps, celui-ci s’est engagé à soutenir la lutte antimines. L’Appel de Genève a également œuvré en faveur de l’inclusion de clauses relatives à l’interdiction des mines dans l’accord de cessez-le-feu conclu en 2006 entre le Gouvernement et le Palipehutu-FNL.

Grâce à ses actions visant à obtenir l’adhésion des AANE à une interdiction des mines antipersonnel et par son travail de promotion de la lutte antimines, l’Appel de Genève a contribué à réduire le danger posé par les mines au Burundi. Les opérations de déminage humanitaire commencèrent en 2006 et, fin 2013, il ne restait plus qu’à inspecter quelques zones résiduelles dans lesquelles la présence de mines était encore soupçonnée. Les dernières victimes avérées de mines et de restes explosifs de guerre remontent à 2009.

Principaux résultats

  • Le CNDD-FDD et le Palipehutu-FNL se sont tous les deux engagés à respecter l’interdiction des mines antipersonnel.
  • Le Gouvernement, dirigé par le CNDD-FDD, a détruit les stocks burundais de mines antipersonnel conformément à ce que prévoit la Convention sur l’interdiction des mines.

En Burundi, l'Appel de Genève travaille ou a travaillé avec les acteurs armés non-étatiques suivants:

Organisation Actif Thèmes
Interdiction des mines antipersonnel Protection des enfants Problématiques liées au genre Normes Humanitaires
Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces de Défense de la Démocratie (CNDD-FDD) Non
  •  
  • Party for the Liberation of the Hutu People – National Liberation Forces (Palipehutu-FNL) Oui
    Cliquez sur la coche pour afficher l'Acte d'Engagement signé
     

    L'Appel de Genève est en dialogue avec l'AANE sur ce thème

     

    L’Appel de Genève était en dialogue avec l'AANE sur ce thème

     

    L'AANE a signé l'Acte d'Engagement sur ce thème

     

    Actualités liées

     
     

    Theirwords.org

    • Theirwords.org est un annuaire des engagements pris par les acteurs armés non-étatiques. Accédez aux documents liés à ce pays on theirwords.org.
     
     

    Médias liés

     
     

    Restez en contact

    • Twitter : @genevacall
    • Facebook : Appel.de.Geneve
    • LinkedIn
    • Youtube : GenevaCall2
    • Flickr : GenevaCall
    • Medium : GenevaCall